Test : Assassin's Creed 2

Publié le par Le Pingouin Surgelé

Un des incontournables au pied du sapin de cette fin d'année est enfin sorti. Assassin's Creed 2 débarque en force et assassine le box office, mais, s'il est très attendu, ce jeu est aussi très susceptible d'être critiqué tant le premier épisode, très prometteur, avait parfois été descendu par certaines critiques. La copie a-t-elle été revue en fonction des attentes des joueurs ? La réponse est OUI ! Pour information, ma critique se base sur la version Xbox360.

Le nouvel episode prend place en Italie à la période de la renaissance. Vous y incarnez Ezio Auditore di Firenze, fils de Giovanni Auditore di Firenze. Ce dernier est un banquier connu de la ville qui sera accusé à tort et mis à mort par un complot des templiers. Ezio ne pardonnera pas à ces meurtriers et reprendra le flambeau de la lignée des assassins en apprenant pas à pas chaque méthode possible pour éliminer ses ennemis. Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'effort d'écriture est bien réel. Autant dans le premier épisode il était déjà très satisfaisant, autant dans ce dernier il s'est encore amélioré. On se surprend à s'attacher ou à détester chacun des personnages récurrents. Rien à redire : l'ambiance est réussie.

Techniquement, le jeu est très beau. Les villes regorgent de surprises et le level design des parcours possibles en empruntant les murs et les toits est un véritable plaisir. En cherchant bien (si vraiment on n'a que ça à faire), on peut bien entendu trouver quelques critiques comme les ombres portées qui sont parfois étranges, certaines animations un peu bizarres, saccadées ou répétitives... Mais c'est vraiment si on n'a que ça à faire car ces points n'entachent pas vraiment l'expérience de jeu.

A ce propos d'ailleurs, l'immersion est totale. L'éventail d'actions du héros pour attaquer ou se cacher s'est élargi. De même, il est désormais possible de faire évoluer son arsenal moyennant un passage chez le forgeron. L'arsenal du héros a également beaucoup évolué : arme courte, longue, couteaux de lancer, double lame cachée, bombes fumigènes, poison... Tuer n'a jamais été aussi amusant :). Ezio pourra acheter différentes parties d'armures afin d'améliorer sa résistance en combat, mais ces armures peuvent se casser et il faudra alors les faire réparer... Bref, une foule de petites nouveautés viendront pimenter votre expérience.

Enfin, il est même possible de régenter la rénovation d'une cité et d'en tirer des bénéfices. Je trouve ce dernier point d'ailleurs particulièrement bien trouvé et sympathique (un petit rappel à Fable 2, si ce n'est que les bénéfices ne sont indexés que sur le temps de jeu effectif, pas sur temps réel).

Les mercenaires que vous engagez sont presque aussi agiles que vous,
tout comme les gardes que vous affrontez d'ailleurs.

Anciens adorateurs et détracteurs d'Assassin's Creed 1, venez sans crainte essayer ce nouvel opus avec un oeil neuf. Et surtout, faites l'effort de passer la première heure de jeu qui peut être un peu longue pour ceux qui espèrent une action immédiate (il y a certes de l'action mais avec des possibilités au début très limitées). Prenez donc un peu votre mal en patience et allez au moins jusqu'au premier assassinat afin de commencer à entrevoir l'éventail des possibilités que vous offre ce jeu.

Puisque je vous dis que c'est pas moi ! Arrêtez de me suivre comme ça !



 

VERDICT :
GRAPHISMES : 8/10
IIIIIIIIII
Les jeu présente indéniablement très bien. Les détails sont bien réalisés et contribuent à cette ambiance typique des villes italiennes. On reprochera toutefois quelques inégalités du côté des visages (Desmond Miles a vraiment une sale tronche, de même que sa blonde...) mais heureusement, en plein jeu cela ne pose guère de problèmes... surtout avec la cagoule sur la tête. Les personnages italiens ont même des parfois mimiques typiquement latines qui semblent sortir tout droit d'un film de Begnigni, sans pour autant trop en faire. De même, les animations sont bien réalisées, mais on peut regretter la répétition de certaines (postures un peu coincées des gardes, certains mouvements d'escalade un peu raides ou répétitifs...) Mais je chipote : s'il ne met pas à nouveau une claque graphique, le jeu remplit haut la main son contrat qui est de nous immerger dans un monde différent.

BANDE SON : 8/10
IIIIIIIIII
Très bonne à de nombreux points de vue. Les musiques, les doublages des acteurs, les bruits dans la rue... tout renforce l'ambiance du jeu. Evidemment, il ne faut pas stationner devant un orateur public ou s'amuser à faire trop d'idioties devant chaque personnage du jeu sinon vous allez forcément tomber sur une boucle de dialogues. Mais ceux-ci semblent plus variés que dans le premier épisode.

GAMEPLAY : 8/10
IIIIIIIIII
Ezio répond très bien aux contrôles du joueur. De nombreux nouveaux mouvements ont été ajoutés et complètent admirablement la panoplie de coups disponibles. Les plus pointilleux pourront râler sur le "magnetisme" de certaines corniches (on a bien du mal à se laisser tomber volontairement quand on court sans faire un saut de 8 mètres à 90° de notre direction) ou la caméra qui parfois se positionne au milieu d'un buisson pendant que vous vous battez derrière. De même, les passages à cheval sont toujours un peu "raides" (avec le nombre de jeux Alexandra Lederman qu'Ubisoft à fait c'est un comble :)). Mis à part ces petits reproches, l'évolution du héros dans la ville est facile et agréable. Enfin, et c'est sans doute le point le plus important : le nombre de missions hors de la quête principale a été fortement augmenté afin de proposer un challenge plus long et surtout plus varié. En effet, à la manière d'un GTA, la scénarisation du jeu permer désormais de faire des missions de types proches sans avoir pour autant l'impression de refaire la même chose (c'était là un des principaux reproches du premier opus). Les joueurs ont donc été exaucés.

HISTOIRE : 8/10
IIIIIIIIII
Pour n'être actuellement qu'à la moitié environ de l'histoire, je ne peux en dire que ce que je sais. Elle est bien ficelée (malgré quelques petits passages cousus de fil blanc) et surtout reste facilement compréhensible car elle ne rajoute pas une couche d'intrigues superflue. Le joueur sait exactement ce qu'il doit faire et adhère véritablement au scénario. Du bon travail, incontestablement.

DUREE DE VIE : 8/10
IIIIIIIIII
Avec une durée de vie annoncée de 20 heures en moyenne (30 avec les missions supplémentaires), le jeu se place facilement parmi les titres ayant la meilleure longévité en cette période de l'année. Je ne peux pas encore certifier ces durées, n'ayant moi-même pas fini le jeu pour le moment.

NOTE GLOBALE : 8/10e
IIIIIIIIII
Non seulement incontournable en cette fin d'année, Assassin's Creed 2 est à ce jour parmi les meilleurs jeux à environnement ouvert proposés sur la génération actuelle de consoles à condition de ne pas se laisser décourager par le début (un peu lent) de l'aventure. A acheter les yeux fermés !

=> Aller à la liste des jeux testés
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article